La durée (idéale?) d’une thérapie

Mise en contexte

Une question qui est souvent posée aux psychologues et psychothérapeutes, très tôt au début d’un suivi (parfois même avant le début du suivi, lors du premier contact téléphonique) est : combien de séances va durer ma thérapie? C’est une question tellement fréquente que j’ai tenté d’y répondre, du mieux de ma connaissance, dans la section Questions fréquentes de mon site web (http://www.psydeploiement.com/questions.html).

La réponse, comme c’est le cas pour la plupart des questions touchant la psychologie clinique, est : ça dépend. Ça dépend de beaucoup de facteurs, dont certains sont excessivement difficiles à identifier. Le niveau de détresse ou de dysfonctionnement de la personne au début du suivi, le soutien de son entourage, sa motivation au traitement, son implication au cours du traitement, la nature du problème, le nombre de problèmes pour lesquels la personne consulte, depuis combien le temps le problème dure au moment où la personne décide de consulter, la flexibilité du client et, bien entendu, toute une panoplie de caractéristiques propres au thérapeute (sa compétence, son empathie, sa chaleur, sa flexibilité) ainsi que la compatibilité entre le client et son thérapeute…bref, tout ça et des centaines d’autres facteurs peuvent affecter la durée d’un suivi. Un autre élément très important est : à quel moment un client (ou son intervenant) se sent satisfait du progrès fait en thérapie? Quelles sont les améliorations qui feront en sorte qu’une personne se dira « ça y est, pour ce que ça m’a coûté (tant en termes d’argent que de temps, d’efforts, etc.), les résultats sont amplement satisfaisants pour l’instant »?

Statistiques et thérapie brève

Kirk Strosahl, Patricia Robinson et Thomas Gustavsson, trois psychologues dont les écrits influencent grandement ma pratique, font la promotion d’une approche à court terme et hautement efficace en psychologie clinique, la FACT (Focused ACT). Ils ont recensé des données scientifiques variées sur la durée de la psychothérapie afin d’avancer l’argument selon lequel les thérapies à court terme sont fréquemment aussi efficaces que les thérapies à long terme pour aider les individus qui souffrent de problématiques psychologiques. Ces données peuvent apporter un certain éclairage sur la question de la durée « idéale » ou, du moins, la durée moyenne d’une psychothérapie. Les résultats plus détaillés de cette recension se trouvent dans les premiers chapitres de leur livre Brief Interventions for Radical Change (cité à la fin de cet article). Je vous présente ici les découvertes que j’ai trouvées les plus intéressantes dans leur recension.

Aux États-Unis, des données recueillies entre les années ’80 et le milieu de la première décennie des années 2000 révèlent que le nombre moyen de séances complétées par un client typique en psychothérapie se situe entre 4 et 6. Sur un échantillon total de 9 000 clients, en 2005, on rapportait qu’une majorité de clients avait mis fin à leur suivi en 5 rencontres ou moins. Une observation frappante est que le nombre total de séances pour une thérapie qui revenait le plus souvent (« la durée modale des suivis », en termes statistiques) pour ces 9 000 clients était…une seule séance!

On peut regarder ces données et se décourager, en se demandant si les thérapeutes d’Amérique du Nord sont vraiment très compétents, ou vraiment capables de garder leurs clients en traitement…ou se demander si les clients qui consultent en psychothérapie sont réellement motivés et prêts à s’investir en thérapie…poser toutes sortes d’hypothèses décourageantes à ce sujet. Ceci étant dit, une étude faite au milieu des années ’80 suggère que 50% des gains thérapeutiques (réduction de symptômes par rapport à la première séance) obtenus dans le cadre d’une psychothérapie le sont habituellement à l’intérieur des 8 premières séances. Pour ensuite obtenir 75% de gains, une thérapie durera en moyenne 26 séances.

Il semble donc qu’il soit tout à fait possible d’obtenir des améliorations significatives de sa condition psychologique après un nombre relativement bref de rencontres avec un psychothérapeute ou un psychologue. Bien entendu, une personne qui désire fortement améliorer son état, qui en a les moyens et la motivation, va vraisemblablement continuer à s’améliorer dans le cadre d’une thérapie plus longue, mais les données semblent indiquer que la courbe d’amélioration des symptômes est moins impressionnante après les dix premières rencontres, dans plusieurs cas. Qui plus est, la thérapie brève a démontré une efficacité parfois égale à la thérapie de durée régulière dans le cas du traitement de la dépression majeure, de l’anorexie, du stress post-traumatique et de divers troubles anxieux.

Des chercheurs en psychologie clinique ont également pu observer un phénomène relativement fréquent d’amélioration importante des symptômes chez les clients en psychothérapie après très peu de rencontres (2 à 4 séances). Les données sont partagées à ce sujet, mais la plupart des observations suggèrent que le phénomène s’observe chez autour de la moitié des clients en psychothérapie.  Ce qui est particulièrement encourageant à ce sujet, c’est que ces améliorations rapides et significatives en psychothérapie sont généralement maintenues à long terme et associées à de plus faibles taux de rechute!

Avantages de la thérapie à plus long terme

D’autres données, toutefois, laissent entrevoir des avantages importants à recevoir de la thérapie à plus long terme. Le programme Headspace, en Australie, offre de la thérapie aux jeunes de 12 à 25 ans et des chercheurs ont récemment publié des données concernant 20 000 de leurs clients, permettant de comparer les effets des thérapies à court et à long terme. En général, ils ont observé que les jeunes en suivi à court terme avaient tendance à davantage s’améliorer pendant leur thérapie que ceux en suivi à long terme. Cependant, 90 jours après la fin de leur thérapie, les jeunes qui avaient reçu un suivi de courte durée étaient demeurés relativement stables dans leur fonctionnement, alors que ceux qui avaient reçu de la thérapie pendant plus de 10 rencontres ont montré une amélioration importante de leurs symptômes, comparativement à ce qu’ils présentaient lors de leur dernière rencontre de psychothérapie.

Comme toujours, lorsqu’on parle de données scientifiques, quelques facteurs limitent la généralisation des résultats : peu de jeunes ont accepté de répondre à l’entrevue 90 jours après la fin de la thérapie (à peu près 3% d’entre eux ; généralement ceux qui avaient déjà un meilleur niveau de fonctionnement dès le début du traitement) et les jeunes qui sont restés en traitement pendant plus de 10 rencontres présentaient des symptômes plus sévères en début de thérapie que ceux qui ont reçu de la thérapie à plus court terme. Néanmoins, on pourrait assumer que, dans certains cas, les thérapies à plus long terme peuvent avoir comme avantage d’outiller suffisamment un client pour qu’il continue de s’améliorer, pour demeurer « son propre thérapeute » longtemps après que son traitement psychologique soit officiellement terminé.

Conclusion

Encore une fois, combien de temps devrait durer votre thérapie? Difficile à dire. Y a-t-il une durée « idéale » pour une psychothérapie? C’est également fort improbable que je me prononce de façon claire et tranchée à ce sujet. J’essaie personnellement, en tant que psychologue, d’outiller aussi rapidement que possible mes clients pour qu’ils puissent faire face à leurs difficultés, quelles qu’elles soient. Je tiens compte des durées moyennes présentées plus haut, dans un souci de maximiser l’efficacité de la démarche, même si elle doit se limiter à quelques rencontres seulement. Considérant les coûts importants d’une psychothérapie au privé, ainsi que les données qui démontrent que la plupart des gens qui consultent restent relativement peu longtemps en thérapie, je crois qu’il est préférable de rentabiliser au maximum les premières rencontres de chaque suivi, sur la base des besoins exprimés par chaque nouveau client. Ainsi, si un client n’a pas les moyens, l’intérêt ou la motivation à poursuivre sa thérapie sur le long terme, il ne ressort pas de la démarche les mains vides, et s’il est intéressé et en mesure de poursuivre, la décision lui appartient de le faire.

Dr Francis Lemay, Ph.D.

Psychologue

http://www.psydeploiement.com

Sources :

* http://www.actofliving.com.au/free-resources/resources-for-the-public/how-many-sessions-of-therapy-do-i-need/

Article discuté dans le billet de blogue accédé par le biais du lien précédent :

Rickwood, D.J., Mazzer, K.R., Telford, N.R., Parker, A.G., Tanti, C.J., & McGorry, P.D. (2015). Changes in Psychological Distress and Psychosocial Functioning in Young People Visiting Headspace Centres for Mental Health Problems. The Medical Journal of Australia, 202(10), 537-542.

* Strosahl, K., Robinson, P., & Gustavsson, T. (2012). Brief Interventions for Radical Change: Principles & Practice of Focused Acceptance & Commitment Therapy. Oakland : New Harbinger.

Articles cités dans l’ouvrage précédent et discutés dans cet article :

Aderka, I., Nickerson, A., Boe, H., & Hoffman, S. (2012). Sudden Gains During Psychological Treatments of Anxiety and Depression: A Meta-Analysis. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 80, 93-101.

Brown, G. & Jones, E. (2005). Implementation of a Feedback System in a Managed Care Environment : What are Patients Teaching Us? Journal of Clinical Psychology, 61, 187-198.

Cape, J., Whittington, C., Buszewicz, M., Wallace, P., & Underwood, L. (2010). Brief Psychological Therapies for Anxiety and Depression in Primary Care: Meta-Analysis and Meta-Regression. BMC Medicine, 8, 38.

Crits-Christoph, P., Connolly, M., Gallop, R., Barber, J., Tu, X., Gladis, M.,  et al. (2001). Early Improvement During Manual-Guided Cognitive and Dynamic Psychotherapies Predict 16-Week Remission Status. Journal of Psychotherapy Practice and Research, 10, 145-154.

Doane, L., Feeny, N.,  & Zoellner, L. (2010). A Preliminary Investigation of Sudden Gains in Exposure Therapy for PTSD. Behaviour Research and Therapy, 48, 555-560.

Grilo, C.M., Masheb, R.M., & Wilson, G.T. (2006). Rapid Response to Treatment for Binge Eating Disorder. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 74, 602-613.

Howard, K., Kopta, S., Krause, M., & Orlinsky,  D. (1986). The Dose-Effect Relationship in Psychotherapy. American Psychologist, 41, 159-164.

Lock, J., Agras, S., Bryson, A. & Kraemer, H. (2005). A Comparison of Short- and Long-Term Family Therapy for Anorexia Nervosa. Journal of the Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 44, 632-639.

Lutz, W., Stulz, N., & Kock, K. (2009). Patterns of Early Change and their Relationship to Outcome and Follow-Up Among Patients with Major Depressive Disorders. Journal of Affective Disorders, 118, 60-68.

Molenaar, P.J., Boom, Y., Peen, J., Schoevers, R.A., Van, R., & Dekker, J.J. (2011). Is there a Dose-Effect Relationship between the Number of Psychotherapy Sessions and Improvement of Social Functioning? British Journal of Clinical Psychology, 50, 268-282.

Olfson, M., Moljtabai, R., Samson, N.A., Hwang, I., Druss, B., Wang, P.S., et al. (2009). Dropout from Outpatient Mental Health Care in the United States.  Psychiatric Services, 60, 898-907.

Sijbrandij, M., Olff, M., Reistma, J., Carlier, I., de Vries, M., & Gersons B. (2007). Treatment of Acute Posttraumatic Stress Disorder with Brief Cognitive-Behavioral Therapy: A Randomized Controlled Trial. American Journal of Psychiatry, 164, 82-90.

Talmon, M. (1990). Single Session Therapy: Maximizing the Effects of the First (and often only) Therapeutic Encounter. San Francisco: Jossey-Bass.

Tang, T., DeRubeis, R., Hollon, S., Amsterdam, J., & Shelton, R. (2007). Sudden Gains in Cognitive Therapy for Depression and Depression Relapse/Recurrence. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 75, 404-408.

Advertisements
La durée (idéale?) d’une thérapie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s